En combien de temps une entreprise pourvoit-elle un poste ?...

Extrait de latribune.fr - 01/03/2011,


Avec combien de candidats en finale ? Au bout de combien d'entretiens ? Toutes les réponses dans cet article.



Le cabinet de recrutement Robert Half a voulu savoir en combien de temps était pourvu en moyenne un emploi lorsqu'une entreprise désirait embaucher. Les résultats de cette enquête, menée en avril-mai 2010 auprès de plus de 2.400 managers (ressources humaines, financiers ou dirigeants) en charge du recrutement dans treize pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, République tchèque, Suisse, ...) sur la base d'un échantillon représentatif d'entreprises, montrent une chose : il faut aller vite.


En effet, en France, 32% des managers pourvoient un poste vacant en 4 à 5 semaines, 29% en 2 à 3 semaines et 16% en 6 à 10 semaines. Selon les dix autres pays observés par le cabinet Robert Half, la majorité des recrutements s'effectue en 2 à 3 semaines en République Tchèque et en Espagne (auprès de 44% des managers tchèques et 37% de leurs homologues ibériques), en 4 à 5 semaines en Suisse (43%), en Allemagne, aux Pays-Bas (36%), en Autriche (35 %), en Irlande (32%) ainsi qu'en Italie (31%), en 6 à 10 semaines au Luxembourg et aux Pays-Bas (28%) ainsi qu'en Belgique (26%)


Dans les cas extrêmes, certains postes sont pourvus en moins d'une semaine selon 30% des recruteurs espagnols alors qu'à l'opposé, cela peut prendre plus de 10 semaines selon 18% des managers belges et italiens.


Commentaire de Bruno Fadda, "associate director" de Robert Half International France : "depuis bientôt deux ans en France, nous constatons un allongement du processus de sélection. Le risque clairement identifié - et constaté - est de "perdre" des candidats valables. Il est recommandé d'obtenir en amont (c'est-à-dire avant toute autre démarche) l'accord de toutes les personnes impliquées dans le recrutement sur le contenu du poste et le profil recherché. Je conseille également de planifier en tout début de process les différents entretiens prévus avec tous les intervenants même si les noms des finalistes ne sont pas encore connus."


S'il faut aller vite pour être l'heureux élu, encore faut-il se qualifier pour la finale.  C'est-à-dire faire partie des 1 à 3 finalistes en République Tchèque (39%), Autriche (37%) et en Belgique (22%), des 4 à 6 finalistes en Suisse (42%), en Allemagne (38%), en Irlande et au Luxembourg (35%) ainsi qu'en France (28% contre 16% qui en ont 7 à 10, 14% en ont 3 ou moins) et aux Pays Bas (24%) voire des 7 à 10 finalistes : en Allemagne et en France (16%) ainsi qu'en Espagne (15%).


Certains managers évoquent même des cas extrêmes dans lesquels ils ont été confrontés en 2010 à une liste de pas moins de ... 11 à 20 candidats. C'est le cas de 13% des Italiens et 12% des Français. Une situation peu optimale aux yeux de Bruno Fadda : "il convient de sélectionner 3 à 5 candidats pour un premier rendez-vous. Pour éviter la déconvenue d'un désistement de dernière minute, 2 à 3 seront invités à participer à un entretien final. Un candidat est écarté uniquement après examen de ses compétences (et non sur la base de critères discriminants). Il est recommandé d'informer ce candidat et l'éventuel partenaire de recrutement qui l'avait sélectionné des raisons qui ont guidé ce choix."


Pour passer du statut de finaliste à celui d'heureux élu, il fait bien sûr passer par les portes des entretiens. A combien faut-il s'attendre pour espérer décrocher le job ? 33% des managers allemands effectuent en moyenne plus de cinq entretiens pour procéder à un recrutement  et 17% chez les Autrichiens. Ils sont à l'inverse 22% des Tchèques et 17% des Irlandais à ne procèder qu'à un seul entretien.


En France, 57% des responsables chargés d'un recrutement prennent leur décision finale à l'issue de 2 à 3 entretiens. Un nombre moyen de 2 à 3 entretiens qui prévaut largement ailleurs comme au Luxembourg (82%), aux Pays-Bas (80%), en Espagne (61%), en Italie (59%), en Suisse (57% comme en France) ainsi qu'en Autriche (51%).


Enfin, qui faut-il convaincre pour être sûr de l'emporter ? En France, c'est le responsable du service concerné qui est le plus impliqué dans le process de recrutement (30% des cas), devant le responsable des ressources humaines (25%), le responsable du recrutement (22%) et l'équipe d'encadrement ou le management (PDG, DG, directeur, 21% des cas).
 

L'entretien réseau: l'incontournable dans la stratégie de recherche d'emploi des seniors.

Le point de vue de Bruno de Montalivet >> Lire la suite

Pépinière d'entreprises du Pays de Fontainebleau

PĂ©pinière d'Entreprises du Pays de Fontainebleau 3 rue Paul Tavernier 77300 Fontainebleau >> Lire la suite

Le recrutement dans la Fonction publique

Florence PACHER explique la structure de la Fonction Publique et les emplois qui peuvent y ĂŞtre proposĂ©s. >> Lire la suite

Organisation et outils pendant la recherche d'emploi

Le point de vue de Bruno de Montalivet (intervenant associĂ© du CCE77 , www.innov-rh-conseils.fr) >> Lire la suite

  • Critère de recherche :
Forum des associations 2016Forum des associations 2016Mercuriales Mars 2015Les 20 ans du ClubLes 20 ans du ClubLes 20 ans du ClubLes 20 ans du ClubLes 20 ans du ClubRéunion EntrepreneursRéunion EntrepreneursMercurialeMercurialeRéunion EntrepreneursMercuriale décembreMercurialeNoelNoelNoel